(Dossier) Cycle Cinema Japonais - Juillet 2008

Publié le par Boutigny Guillaume

CYCLE CINEMA JAPONAIS - EDITION JUILLET 2008

Le cycle cinema japonais est une initiative interblog, née sous l'impulsion du toujours excellent Wildgrounds.com.
De quoi ça parle ? Et bien de cinéma japonais dans son ensemble, sa diversité, sa particularité; sous forme d'analyses, portraits, avis, images etc.... Et selon les propres envies et gouts des redacteurs participants au projet.

Le but est en fait simple : proposer un panorama diversifié de ce qu'est le cinéma japonais, en réunissant divers profils, donc divers gouts et approches. Le tout sans aucunes contraintes éditoriales.

La centralisation de tous les billets du cycle :
Wildgrounds

La centralisation de tous les billets made in Nihon Eiga :

 
     
     
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
     
     
     
     
     
     
     
     



01/08/08
C'est donc l'heure du bilan général; celui du cycle sur ce blog mais aussi celui du cycle dans son ensemble.

Comme le rappelle Wildgrounds, le cycle cinema japonais de Juillet 08 c'est 15 participants et plus de 200 articles. Un beau palmares qui a su allier pluritallisme de sujets et de genres et synergie entre blogs. Le nombre d'articles publiés affiche cependant une nette baisse au fur et à mesure des semaines. Alors cycle trop long, influence des divers congés d'été ? Je concede sur un plan personnel que le cycle m'a semblé trop long majoritairement parce que je m'etais imposé un article minimum par jour; rythme théoriquement enthousiasmant mais surtout techniquement impossible à tenir étant donné ma vitesse d'ecriture et le fait que je ne sois jamais satisfait du résultat.

A ce titre une reflexion fait le tour des participants, surtout de ceux se posant la question du bilan du cycle : la longueur des articles. On remarque facilement que ce sont les articles courts, ainsi que les articles les plus généraux (comme Les films préférés), qui attirent le plus de lecteurs. Faut il alors freiner sa verve pour s'adapter à ce qu'un blog est censé proposer : des billets, nom générique dont le sens premier illustre bien cette problematique de la longueur de texte. Je ne sais pas ce que les lecteurs attendent d'un blog, et de celui ci en particulier (si tant est qu'ils en attendent quelque chose). Toujours est il que comme je l'annoncais dans le premier billet voilà maintenant quelques temps, et comme le rappelle aussi epikt dans son bilan, le blog est avant toute chose une aventure égoiste. Et reflexion faite je ne m'adapterai pas à ce qui serait censé marcher le mieux. Sur mon style d'ecriture et de redaction tout d'abord. J'admet ne pas etre litteraire, et la forme tres académique des mes billets me va tres bien. Quelque fois j'essaie de faire différents comme sur Swallowtail Butterfly ou Tenchu!, mais cela demande trop de temps, tout en restant purement académique, donc pas novateur. Ensuite je ne varierai pas la taille des billets, généralement entre 3500 et 4000 caracteres. L'exercice de l'avis court et direct m'est encore plus dur, quelques premiers essais sont consultables dans les debordements et chambardements. Et je changerai finalement pas ma présentation.

Car si je reviens sur ces points, c'est que quelques emails de lecteurs les ont abordés. Pas assez d'iconographie. Taille de police trop petite. Textes pas assez aérés. J'en suis conscient. Merci cependant de prendre le temps de me le signaler. Car s'il est une chose qui manque aux participants du cycle c'est bien un retour de la majorité silencieuse. Quelques habitués notoires laissent régulierement des commentaires, mais la majorité des lecteurs...... je ne sais pas ce qu'ils pensent. Le choix des films est il trop pointu ? (ça c'est ma mere qui me l'a fait remarquer). Dois je alors plus parler de ce qui est sorti en France ? Mais n'est ce pas finalement l'interet d'un tel cycle que de proposer différentes vitrines d'un meme cinéma ? pouvoir aller piocher chez Wildgrounds des vieux films de l'age d'or, des films plus confidentiels ici ou justement des avis éclairés sur ceux dispos en France chez Asiaphilie ? C'est là tout le bénéfice de ce cycle pour moi. Et c'est pour cela que la communauté rassemblée (pas celle de l'anneau, bien sur, elle ne supporterait pas de revoir un certain Carcharoth) doit surement continuer cet élan, meme hors "cycle". Mais pour que cela soit un moteur pour nous, rédacteurs, et un plaisir pour vous, lecteurs, vos avis et demandes sont les bienvenues. Vraiment (par contre je tiens à signaler que l'email édifiant d'un excité en manque sur les films SM japonais n'est pas necessairement utile. Je le garde cependant bien au chaud, pour pourvoir sourire les jours de déprime).

Sur un plan plus terre à terre, celui des statistiques, je vais briser le tabou qui hante généralement les blogs : le nombre de visiteurs uniques. Certains, les plus lus, aiment à l'exposer, mais pour etre francs ce genre d'info reste un secret, souvent gonfler par l'ego du redacteur. Alors donc voilà :


Bien sur comme cela, ca ne dit pas grand chose. Donc le cycle pour nihon eiga c'est une moyenne de 55-60 visiteurs uniques par jour, avec une journée record à 79 et un creux à 31. C'est aussi 10507 pages vues, avec une journée record (le 14 juillet) à 663 pages consultées. Soit le mois record du blog, avec une hausse de frequentatation de pres de 100%. Reste maintenant à fidéliser tout cela; ce qui dans l'état ne sera pas faisable. Mais j'y reviendrai.
Concernant les articles les plus lus, les awards sont décernés à 30 noms pour la postérité , le top 10 des films japonais, Watari the ninja Boy et le débordements #1. Sachant que ce ne sont pas les articles les plus lus du blog dans son ensemble, puisque cette distinction revient, comme toujours, aux articles sur le tentacle love et les films érotiques tirés de l'oeuvre de Go Nagai. Cela met rapidement deux choses en évidence. D'une part une confirmation que les articles généraux sont les plus consultés, les top remportant un franc succes. D'autre part qu'une majorité de mes lecteurs sont des pervers aimant que je parle de japonaises nues. Plus sérieusement la prépondérance des articles traitant de films déviants doit surtout son succes aux liens directs depuis google; dont certains mots clés ne manquent pas de m'etonner quotidiennement. Cela ne m'empechera pas de continuer à parler de l'erotisme japonais; thématique important des 40 dernieres années du cinéma nippon. Seul barriere : ne pas tomber dans la vulgarité.

Au rang des confessions je dois admettre etre ravi des retours sur le billet "l'invasion des marshmallow", ce dernier arrivant juste apres articles précédemment cités niveau fréquentation. Le billet a suscité divers commentaires, ainsi qu'une suite de discussion semblable bien qu'élargie au niveau du cinéma contemporain sur Wildgrounds. C'est d'ailleurs au sujet de ce cinéma contemporain que je suis le plus déçu. D'un coté parce que je n'ai pas eu le courage de l'aborder sauf vers la fin du cycle quand la fainéantise aigue me guettait (et que je n'ai toujours pas réussi à ecrire le billet qui me tient à coeur sur All About Lily chou-chou). Et d'un autre coté parce que, malgré le fait que j'ai parlé de films qui me tiennent à coeur comme Fishes in August ou les HIROKI, je n'ai eu aucun retour tant niveau commentaires (sauf Epikt) que frequentation. Les films choisis sont ils trop élitistes ? le cinéma japonais contemporain n'interesse pas ? là aussi les commentaires divers seraient appreciés de votre part, meme si cela ne m'empeche pas de penser comme Epikt que ce cinema contemporain est sous exposé, voire sous evalué, et qu'il faut faire quelque chose malgré cette visible invasion des marshmallows.

Tout ça pour dire que j'ai pris grand plaisir à ce cycle. J'ai retrouvé l'envie d'ecrire et de partager. Et comme les résultats en terme d'audience et d'emulation sont positifs sur l'ensemble des participants, il y a de quoi se rejouir. Donc merci aux participants. Et merci aux lecteurs. A vous, donc.

A noter que si mises à jours il y a dans les deux prochains mois, elle seront sporadiques. Je serai en effet régulierement hors de portée de PC en Aout, et en virée aux antipodes de la France en Septembre. J'essaierai néanmoins de présenter quelques billets rapides. Peut etre.

Publié dans Dossiers

Commenter cet article

Martin 07/02/2009 10:20

a titre d'info, l'interview de Henrriku Morisaki a été lu par 1200 personnes en 8 semaines de temps ... ça motive c'est sur!

Martin 07/02/2009 10:17

>Perso, je ne lis jamais les critiques des films que je n'ai pas vus, je les survole pour voir si ça peut me plaire, et si c'est le cas je note le titre dans la liste des achats, A ce train là, autant se dire qu'il est inutile de vouloir traiter des films ayant disparu (films muets, pinku 50/60s) ou simplement non disponibles en Occident. J'ai quand même du mal à encaisser ce genre de remarques, un film s'apprecie à l'aune de ses conteporains, et par sa place dans l'histoire!C'est assez representatif d'un nouveau lectorat 'guide d'achat' typique d'une logique de consommation plus que d'analyse ... et c'est pas franchement le genre de remarques très motivante pour faire partager sa passion du cinéma nippon. Ca explique sans doute la fréquentation tout simplement ridicule que je genère avec un contenu tout de même conséquent.

Epikt 02/08/2008 12:22

On est deux à ne pas réussir à écrire sur Lily Chou-Chou, ce film est maudit.Mais pour revenir sur le coeur du débat, je ne peux que t'encourager à continuer un choix de films "pointus". Du moins, même si tu évoques aussi des films plus connus (car après tout tu fais ce que tu veux), ne te prive surtout pas de parler de choses obscures. Je ne vais pas dire que c'est ce que j'attends de ton blog (je ne vais pas être égoïste aussi en tant que lecteur !), mais c'est ce que j'aime. Pour ne parler que du cycle, ce sont tes articles qui sortent le plus des sentiers battus (un grand "échec" pour ma part, ou plutôt une erreur éditoriale, j'ai trop voulu parler de "grands" films ; on ne m'y reprendra plus).Après, concernant les commentaires et retours, c'est un sujet délicat.Personnellement, même si ça dépend de l'humeur du jour je commente assez peu, bien moins que je lis en tout cas. Je ne suis pas super fan du système (qui donne parfois des bonnes choses, parfois beaucoup moins). Pourtant, en tant que blogueur moi-même, je sais combien les simples "cet article est chouette", que pourtant je me refuse à poster car "ça n'apporte rien" (c'est plus fort que moi), font très plaisir. On a beau faire notre blog en égoïste, on n'aime pas non plus hurler dans le désert et les retours sont bienvenus.Mais je me souviens, fut un temps j'étais très actif sur le forum d'aide d'Overblog en tant que modo et j'avais pas mal de visites par ce biais, et je me retrouvais souvent avec des "tonnes" de commentaires inutiles, postés par des gens au comportement typiquement web2.0 qui l'ouvrent constemment pour ne rien dire. Le bruit blanc me fatigue. *Ensuite, passée mon aigreur (nuancée par le fait que dans notre créneau et de notre audience limitée nous sommes relativement à l'abri des boulets), il me semble qu'il y a des blogs (des types d'articles en fait) qui appellent plus aux commentaires que d'autres. Par exemple je commente beaucoup sur Wildgrounds (je suis d'ailleurs assez admiratif de l'équilibre que Michael a trouvé dans ce blog), franchement moins chez toi. Pourtant les deux font partie des sites que je suis avec assiduité et visite quasi immédiatement dès qu'il y a une mise à jour (forcément, je vais moins souvent chez toi !). Alors l'intérêt qu'on porte à un site ne me semble pas forcément lié à l'envie d'ajouter son grain de sel - même si la mentalité en vogue dans la blogosphère laisse penser le contraire.* ça me rappelle un billet (énervé) sur le blog de mimu et la réponse que j'avais fait, concernant justement la (non) participation de la majorité silencieuse. Le contexte n'est pas forcément le même, le fandom jpop étant une pépinière à boulets, mais c'est malgré tout pas sans influence sur ma vision de la chose et ma participation limitée aux commentaires.

Michael 02/08/2008 12:18

Qu'un article parle d'un film récent ou non, si le film n'est pas facilement disponible en France, le résultat est souvent identique - il est peu lu. En général, selon l'actualité, tu peux voir certains articles "revivre" - une sortie salle/DVD relance l'intérêt pour le film en question (ex: Harpe de birmanie dernièrement). C'est comme le surf, faut prendre la vague au bon moment - à chacun de voir si c'est ce qu'il cherche.je sais que tant que je prends plaisir à écrire un article, c'est l'essentiel - pour moi comme pour les lecteurs.

Death Lapinoo 02/08/2008 00:59

Pour ce qui est de commenter les films contemporains que tu as critiqué, il faut voir aussi que ces films n'ont pas forcément vus par le lecteur ( et c'est bien là l'intérêt ) et qu'il est en conséquence parfois dur de commenter. Perso, je ne lis jamais les critiques des films que je n'ai pas vus, je les survole pour voir si ça peut me plaire, et si c'est le cas je note le titre dans la liste des achats, mais je préfère toujours aborder un film sans avoir lu des avis dessus, et revenir à la critique après, pour ne pas être influencer. Donc en l'occurence, rien que sur ton blog, j'aurai lu un très bon billet sur Amer Béton, et mis dans la liste des films à récupérer: Fishes In August, Angel Guts ( que j'imaginais comme du sous Guinea Pig ), les films de Ryuichi Hiroki, Woman In A Box, Live Today Die Tomorrow, Crazed Fruit ... Bref, pas mal de découvertes de titres donc, qu'il reste maintenant à voir avant de lire la critique, mais le but premier de faire découvrir les films à l'air de fonctionner ( enfin, pour moi ça a marché )

Boutigny Guillaume 02/08/2008 01:16


Ah bah voilà le genre de commentaire qui m'aide à mieux cerner les résultats de statistiques. Surtout que ce tu expliques, et qui peut etre un reflexe général de beaucoup de lecteurs, est à
l'opposé de ce que je fais. J'ai une mémoire de poisson rouge, donc je lis tout ce qui me tombe sous la main quitte à me faire spoiler puisque ca n'aura pas d'incidence sur mon avis ou sur ma
scéance.
On en revient neanmoins à un point que j'abordais. Est il préférable de parler de films facilement trouvables ou bien forcer le trait et tomber dans les films innaccessibles...... L'un permet la
discussion plus ouverte et plus fluide. L'autre donne des envies; qui peuvent etre difficilement satisfaites (parce que trouver Fishes in August ou Live Today, Die Tomorrow....). J'avoue que j'ai
encore un peu de mal à faire la part des choses sur ce dilemme. Ne pas faire de choix et parler de ce qui me tient à coeur est le seul compromis; meme si bizzarement j'ai plus de mal à parler de
Kitano que de Iwai. Le premier a peut etre été le sujet d'articles précis face auxquels je ne me sens pas de taille.
Allez je vous épargne ma scéance de psy. Je stoppe là.