Japan am main

Publié le par Guillaume

NIPPON CONNECTION

Apres la catastrophique expérience du dernier festival de Deauville en date, n'importe quel festival un tant soit peu bien programmé m'aurait paru divin. Et si Nippon Connection m'a laissé une excellente bonne impression ce n'est cependant pas en comparaison de Deauville. C'est tout simplement que le festival allemand a su proposer une diversité de choix alliée à un accueil décontracté. Et si professionnalisme d'organisation il y a, Nippon Connection n'essaie jamais de se donner des airs guindés de grande dame.

Bien évidemment de part sa structure même, le festival n'est pas exempt de tous reproches. Nippon Connection reste avant tout un festival « amateur » organisé par des bénévoles étudiants de la faculté de Frankfurt et c'est sur des points de détails que l'on pourrait critiquer. Le respect des horaires est par exemple une arlésienne totale, les séances commençant souvent avec 20-30mn de retard. Le genre de couac technique qui n'a pas d'incidence sauf si le spectateur avisé s'était préparé un programme chargé et que cela lui fait rater un film. On pourrait aussi parler des sièges assez inconfortables (chaises pliantes comme celles qu'on peut trouver dans des salles de cours), de la chaleur étouffante par manque d'aération, de l'accueil un peu désorganisé bien que sympathique. On pourrait trouver pleins de reproches plus ou moins mesquins, alors que finalement Nippon Connection est quand même un vrai bon festival, dans le meilleur sens du terme.

Lors de séances on retrouve cette ambiance bon enfant, avec les spectateurs réagissant pour le pire et le meilleur au cours du film, mangeant et surtout buvant, venant, en fait, voir un film sans à priori juste par volonté de découverte. Et cela tombe bien puisque Nippon Connection a le bon goût de proposer une grosse majorité d'inédit, d'avants premières européennes, de raretés et de trouvailles en tous genres. Divisé en deux catégories, le festival propose d'un coté des films facile d'accès ou familiaux, et de l'autre des premiers films, des films indépendants, des courts métrages, de l'animation. Un bon mix entre films de festival ou tout du moins succès japonais que l'on ne serait pas étonné de retrouver à l'exportation, et découvertes plus ou moins hasardeuses de films quasi invisibles autrement. Autant dire que c'est dans l'optique de voir le maximum de films de cette section Nippon Digital que je suis venu à Frankfurt, délaissant sans trop de regret l'autre section sauf pour trois films, dont deux que je n'ai finalement pu voir. En effet Nightmare Detective II n'a pas pu être projeté pour des problèmes avec le diffuseur, tandis que Love Exposure n'était projeté qu'en sous-titré allemand. Heureusement coté Nippon Digital tout s'est bien déroulé, les films proposés s'avérant en majorité de bon niveau et proposant des sujets intéressants. Il y a bien sur le lot de déception, mais la rapport quantité / qualité est supérieur à la moyenne.
Dans un sens, Nippon Connection rappelle AsiExpo, le festival lyonnais dédié aux cinémas d'Asie. Même envie de faire découvrir, et mêmes aléas dus au coté amateur éclairé. Même si Nippon Connection a su nous épargner les sous titres pas synchro ou synchronisés en temps réel (un grand moment), on retrouve le maintenant commun changement de ratio écran pendant la projection, les projos depuis une source DVD, les faux démarrages etc...... A tout prendre, c'est mieux que la morosité normande.

A noter que le personnel du festival est bilingue allemand anglais, que le livret du programme est gratuit, que la bière coule à flot et que sous ses dehors pas encore professionnel le festival a su se tailler une sacrée réputation, en témoigne le grand nombre d'invités présents (et leur disponibilité), et le choix diversifié de films comme preuve de la confiance que peuvent leur faire les producteurs / réalisateurs japonais.

Ci après de rapides avis sur quelques films, alors que certains autres se verront offrir un billet à part :

Pussy Soup
Monori Kawasaki pousse encore plus loin son trade mark en placant comme personnage principal une peluche. Il ne faut pas chercher un quelconque bienfait intellectuel au film, c'est juste une bon gros délire sur un chat qui tient un resto de ramen. On ne coupe bien sur pas à la dure perte de rythme inhérente aux films de Kawasaki, mais le coté 3eme degré est un regal meme lors de la tres longue scene finale.

ABC short films
un omnibus de 5 courts métrages centré sur le theme de l'age, avec à la barre Sai Yoichi, Sakamoto Jinji, Sang-il Lee, Omori Kazuki et Izutsu Kazuyuki. Rien à dire à part que c'est carré, normal vu les pointures susnommées.

Goodbye
Goodbye a tout du pinku post 90. Depressif, lent, centré sur un portrait de femme (comme chez Imaoka par exemple), pas drole pour un sou (pas comme chez Imaoka par exemple). L'actrice est belle, iconisée par un réalisateur minutieux qui arrive à pondre des plans de nuits bleutés d'une beauté à couper le souffle malgré un budget qu'on devine minime. Sous jacent à l'histoire principale peut se lire un début trop rapidement refermé de chronique politique vis à vis de l'implantation d'usines nucléaires au Japon.

Mime Mime
Mime Mime c'est comme un pinku depressif sauf qu'il n'y a ni nichons, ni fesses, ni réelle histoire implicante. C'est donc lent et introspectif, l'actrice est belle, ca parle beaucoup de remords, sens de la vie, déchirures.... mais ca ne lie pas le tout et laisse pas mal d'eléments importants à la narration en suspens. Je suis déçu.

Punch The blue sky
Je m'attendais à un film punk, dur et social, de la part de Shibata Go, surtout apres son fameux late bloomer. Et je me retrouve avec une chronique vaguement drole, pas punk du tout, et rapidement lassante, sur des adolescents qui se retrouvent et tentent de remonter leur groupe. Les personnages sont absents, les acteurs à la ramasse, les paysages inexistants (alors que ca se passe sur un ile supposée vers Okinawa). Grosse deception, qui m'a du coup empeché d'aller voir GS Wonderland un film qui avait l'air bien vu que dedans c'est Kuriyama Chiaki.


Nippon Connection
9ème édition
15 au 19 Avril 2009
Frankfurt am main - Allemagne

Publié dans Evenements

Commenter cet article