Etranges policiers......

Publié le par Boutigny Guillaume

MANQUE D'IDEES

Il y a des jours comme celui ci où je n'ai pas grand chose à dire, ni grande envie d'ecrire des textes plus ou moins interessants. Néanmoins un petit détail m'a réveillé quelques neurones cet après midi pendant que je faisais un topo sur la cultissime série de V cinema nippon Metropolitan Police Branch 82 (MPB82).

Pour mémoire MPB82 est une trilogie fauchée mais pas en manque d'idées, qui à l'instar de la longue série des Zero Woman, fait partie du fleuron de la production de Girls with Guns (GWG) made in Japan. C'est donc dans une toute certaine idée du bon gout que les MPB82 suivent les enquetes de deux jolies inspectrices nommées Mika et Rin. Bien sur le budget étant des plus minimes, il arrive à certains moments qu'une de nos héroines (voire les deux) se retrouvent sans aucun costume. Un fan service érotique, quelque fois vulgaire, mais répondant aux codes du genre qui veut de plus que le scénario mèle adroitement un mélange hétéroclite bancal d'idées non mixables. On se retrouve donc avec un condensé de violence, enquete policiere, érotisme, et comédie. C'est d'ailleurs ce dernier point qui est le plus interessant aujourd'hui, meme si la plastique des actrices de V cinéma mériterait un article des plus complets, photos à l'appui.

Cependant ce qui motive l'article présent est un passage répétitif du second volet des aventures de Mika et Rin, MPB82 : Rebirth (1997). Dans ce dernier, il existe une petite scène pouvant passer inaperçue dans laquelle le planton de garde devant le commissariat mime à chaque arrivé de Mika un sport différent. Ca se passe en arriere plan, mais les séquences valent le coup d'oeil. Une preuve manifeste de plus que le cinéma nippon, meme bas de gamme, recèle des milliards de détails inventifs et originaux.

De façon toute étonnante, on retrouve cette meme idée l'année suivante dans le troisieme épisode du cultissime jdorama Odoru Daisousasen (voir l'article dans la section dédiée). En effet dans cet épisode se déroulant exclusivement à l'intérieur du commissariat de Wangan on retrouve cette petite idée du personnage faisant des mouvements de sport. Et c'est donc avec un prisonnier dont l'activité diffère à chaque fois que quelqu'un rentre dans la prison et un planton qui fait mine de jouer au golf devant l'entrée du commissariat que Odoru Daisousasen reprend, sans le vouloir, une des multiples bonnes idées de MPB82 : Rebirth.

Il y a surement d'autres parallèles similaires à faire, mais c'est celui ci qui m'a directement sauté aux yeux. Ce n'est certes pas une info sensationnelle et vitale, mais le cinéma c'est aussi une affaire de détails. Et puis je n'avais que cette idée pour remplir la page.

Publié dans Cinéma Japonais

Commenter cet article