Princess Aurora : another Korean Vengeance

Publié le par Boutigny Guillaume

PRINCESS AURORA

 

Corée du Sud

2005

Produit par East Films

Réalisatrice : Bang Eu-Jin

Avec : Uhm Jung-Hwa, Mun Seong-Geunu, Kwon Oh-Jung, Choi Jong-Won

 

Quand on parle de vengeance dans le cinéma coréen, on pense immédiatement aux trois films de PCW, dont le second opus fut primé à Cannes. Au-delà de cette vitrine assez surestimée du cinéma coréen il existe cependant quelques films qui ne connaissent que peu d’écho et qui pourtant mériteraient une exposition publique et critique plus forte. Princess Aurora est de ces films. Ne vous y trompez pas en lisant le synopsis, ce film n’est pas qu’une énième variation à portée plus ou moins philosophique sur les rouages psychiques et moraux de la vengeance. Princess Aurora est un film choc sur la violence de la vengeance, raconté avec crudité.

Une jeune femme est retrouvée atrocement assassinée dans un centre commercial. Alors que l’enquête piétine, un second meurtre est perpétué dans un institut de beauté et les inspecteurs trouvent sur place un sticker d’un personnage de dessin animé nommé Princess Aurora. Ils se rendent alors compte que la présence d’un même sticker leur avait échappé lors de la première scène de crime. L’inspecteur Oh suspecte alors son ex femme Jung Sun-Jung.

Bang Eu-Jin signe ici sa première réalisation, et fait preuve d’une maturité extrême que cela soit dans la réalisation proprement dite, mais aussi et surtout dans le thème et sa façon de l’aborder. Actrice connue pour ses rôles dans certains films de Kim Ki-Duk (Adress Unknown et Birdcage Inn), Bang Eu-Jin réalisatrice se montre dans un registre peu commun pour une femme : le cynisme, le fatalisme et le sadisme. Car Princess Aurora est un film noir dont l’ambiance se dégrade au fur et à mesure vers le malsain. Certains passages sont alors véritablement gênants, et c’est bien plus l’atrocité générale de la situation qui engendre un malaise plutôt que la violence graphique des meurtres. On ne peut réellement ressortir indemne de ce voyage dans la folie de vengeance d’une jeune femme, que le film arrive avec douceur à faire aimer du spectateur. On s’attache fortement à cette femme, son destin brisé, et finalement la fin non moralisatrice mais pas si immorale que cela inverse le processus classique du genre serial killer. Certes les actes son condamnables, mais qu’aurions nous fait ? Placés que nous sommes depuis le point de vue de Jung Sun-Jung, Princess Aurora fait effet d’électrochoc grâce en partie à la prestation de Uhm Jung-Hwa, habitée par son personnage ambivalent et borderline. Mais malheureusement le film ne se fait pas avare en défauts mineurs, au rang desquels quelques baisses de rythme et longueurs inutiles et pesantes, ainsi que d’un casting pas réellement à la hauteur du défi. Car si Uhm Jung-Hwa illumine le film, les autres acteurs oscillent entre cabotinage et prestation transparente ; peu gênant pour les personnages secondaires, mais sensiblement important pour des personnages comme l’inspecteur Oh.

Princess Aurora reste cependant un bon film, un des meilleurs films coréen de ces derniers mois. Avec encore un peu plus de maturité dans ses choix de réalisation et de gestion du rythme, Bang Eu-Jin deviendra certainement une réalisatrice de premier ordre. Surtout si elle reste fidèle à des thématiques aussi noires que celle présentée ici.

Publié dans Hors Japon

Commenter cet article

Guillaume Vanneste 12/10/2006 14:32

article complet et précis.un film que je place sur ma liste des réalisations sud-coréennes à ne pas manquer !merci pour cette découverte.à bientôt sur mon blog.

Laurent47 25/02/2006 13:49

Très bonne surprise pour moi aussi,voilà ce que aurait du etre Sympathy for a Lady Vengeance,un film cru et violent et non un film plombé par un symbolisme à deux balles.Du cinéma coréen comme ça j'en redemande encore.