Negadon, the Monster from Mars

Publié le par Boutigny Guillaume

Image Hosted by ImageShack.usNEGADON, the Monster from Mars

(Wakusei daikaiju : Negadon / ????)

Japon

2005

Studio Magara

Réalisateur : Jun Awazu

En 2025, un projet de terraformation de Mars est lancé afin de faire face à la surpopulation terrienne.

De retour d'une enieme expédition sur la planete rouge, la vaisseau spatial Isanami s'ecrase en plein centre de Tokyo, libérant de ses décombres le monstre Negadon qui avait été récupéré par erreur sur le sol Martien. Ce dernier se met alors à avancer et détruire la ville, et toutes les tentatives de l'armée pour le détruire ou le blesser sont un échec.

Autant le dire tout net, Negadon est une des bonnes surprises japonaises de l'année 2005. Entierement produit et réalisé de façon indépendante par Jun Awazu, Negadon se place comme une démo efficace du Studio Magara. Mais le film va aussi bien plus loin, dépassant la simple démonstration de savoir faire, en démontrant que les films en 3D doivent depasser la barriere du technique pour s'essayer au langage cinématographique. Véritable contre exemple de Negadon, FF7AC, sorti la meme année, n'est qu'un explosion constante et facile d'images toutes plus belles les unes que les autres pour cacher un fond à la vacuité abyssale lorgnant du coté de la démo de JV au lieu de devenir un film à part entiere. Negadon, lui, s'il souffre d'un ramage moins clinquant est cependant l'oeuvre de vrais passionnés de cinéma qui ont su retranscrire avec minutie et amour les codes d'un genre majeur du cinéma japonais : le kaiju eiga ou film de monstres géants.

Entierement réalisé dans le fameux format Tohoscope, Negadon est avant tout un cri d'amour à ce genre sous estimé. Les spécialistes y trouveront donc leur compte, et meme quelques frissons de plaisir. Les autres, malheureusement, pourront trouver tout cela un peu court et léger. Car il faut l'avouer Negadon ne brille pas par son scénario. 25 mn, durée totale du film, étant de toutes façons un laps de temps trop faible pour developper un scénario complexe, les auteurs ont préférés se rabattre sur une recette maintes fois éprouvée (et plus que de raison sur des formats bien plus longs) du monstre interplanétaire ramené sur Terre et détruisant tout sur son passage. Il faut alors se rabattre sur la mise en scene indéniablement ingénieuse et pensée. C'est là le véritable point fort de Negadon : etre une oeuvre réfléchie en tant que film, et surtout de film des années 50-60 avec tout ce que cela implique de codes de réalisations à respecter. Le constat est sans appel : les images de syntheses mises à part, Negadon ne peut etre considérer comme un grand frere, mais comme un contemporain de tous ces films injustements mésestimé du second age d'or du cinéma japonais. Cerise sur le gateau Jun Awazu et son équipe ont travaillés l'image pour un rendu totalement 50's (couleurs ternes, neige et poussiere sur la "pellicule" etc...). Cependant on pourra aussi regretter un certain statisme, du à un budget réduit, sur les visages par exemple. Il manque encore une certaine finesse des personnages humains pour hisser le travail du Studio Magara au niveau de ses concurents japonais directs. Concurents qu'il ecrase pourtant sur le simple plan du travail cinématographique.

Publié dans Cinéma Japonais

Commenter cet article

nicolas 20/02/2006 22:43

je l'ai vu hier soir. bien aimé ce petit hommage au kaiju eiga. j'aurai bien aimé qu'il dure plus de 25 minutes.
j'ai envi de me matter un gamera maintenant